« Oro », « orare », en latin, l’acte de parler ; se retrouve étrangement dans la langue Yoruba, au Nigéria, comme « Ọ̀RỌ̀ », qui signifie parler, exister, être. La parole, verbale ou physique, est une énergie extraordinaire : manifestation de la personne toute entière et acte d’existence. Elle laisse des marques profondes. Sa puissance se manifeste aussi dans les corps qui dansent. Elle permet de se raconter soi-même, et de raconter des histoires. De s’engager dans une conversation. Ce trajet de l’individuel au collectif questionne profondément Khoudia. À travers Óró, Khoudia va à la rencontre de jeunes adultes de trois pays : le Sénégal, la France et le Canada. À peu près entre 18 et 30 ans, un âge où l’affirmation de soi prend un sens particulier, où tout est à conquérir. Elle souhaite que cette pièce serve à créer du lien. Du lien entre les continents, européen, africain, et nord-américain. Du lien avec les publics des lieux traversés. Du lien entre jeunes adultes aux existences sociales multiples. Óró est une pièce pour trois danseurs. La pièce a pour vocation d’ajouter, dans chaque pays, un groupe de jeunes danseurs émergents (« les labos ») sur scène aux cotés des interprètes. Les différentes périodes de résidences de création ont permis d’aller à la rencontre de ces trois différents groupes de jeunes danseurs, sources de matières corporelles et dramaturgiques, qui sont ensuite redéployées, approfondies et réinventées avec les interprètes.

CALENDRIER

03.12.2022 : Extrait du spectacle, Théâtre Louis Aragon, Tremblay-en-France

27.01.2023 : Hip Open Dance, Maison-Folie-Wazemmes, Lille 

26 au 28.05.2023 : Rolex Artsweekend, Athènes

07.2023 : La belle Seine Saint Denis, Avignon

D’autres dates à venir. 

MENTIONS LÉGALES

Chorégraphie et interprétation : Khoudia Touré
Interprétation : Khoudia Touré, Rayan Amu, Roger Sarr (reprise de rôle), Alioune Sow (reprise de rôle)
Création musicale : Julien Villa
Création lumière : Quentin Pallier
Chargée de production : Lucie Lelaisant
Assistante de production Sénégal : Mariam DickoDurée : 50 minFormat participatif :
Labo Sénégal : Christ Zié, Sada Diop, Malick Diallo, Ashley Salla, Pape Cheikh Dieng, Kezia Jonah, Ibrahima Biteye, Pape Sidy Sarr
Labo Canada : Alessandra Harper, Alyssa Favero, Sevrin Emnacen, Josh Ongcol, Jade Chong, Madeleine Cruz, Kira Radosevic, Elizabeth Armitage, Sarah Hutton, Ryan Jackson
Labo France : Célia Bonus, Chloé Loth, Déreck Prudent, Mickaël Saint-Felix, Natty Boucher
Intervenante : Philippa Motte

Assistante d’étude : Tania Apedo

Production : Art-Track
Production déléguée Sénégal : Association Magg’ando
Production déléguée Canada : Out InnerSpace Dance Theater
Co-production : Le Flow – Centre Eurorégional des Cultures Urbaines, Ville de Lille (France) | Théâtre Louis Aragon, scène conventionnée d’intérêt national Art et création danse (Tremblay, France)
Partenaires : Hahatay – Centre Culturel Aminata (Gandiole, Sénégal) | Maison des Cultures Urbaines (Dakar, Sénégal) | Maison Folie Wazemmes, Ville de Lille (France) | New Works (Vancouver, Canada) | Belsher Arts Management (Vancouver, Canada) ;
Soutiens : Rolex Mentor and Protégé Arts Initiative (Genève, Suisse) | Canada Council for the Arts (Vancouver, Canada) | DRAC Hauts-de-France | Institut Français et Ville de Lille (France) | Région Hauts-de-France (en cours) | Département Seine-Saint-Denis (France)

Crédits photo :  © Jessica Han / © Julian Hunt  / © Pierre Laborde / © William Lacalmontie / © Marabout / © Pib / © Waly Gironi
Crédits visuels dossier : © Solen Athanassopoulos
Contributions musicales : William Bayakimissa aka Mystraw, Sunu Percu, StepLord Sénégal

 

ARTISTES

Au sein d’une famille métissée entre le Sénégal et la France, c’est dans le milieu HipHop de ces deux pays que Khoudia Touré a construit son parcours artistique. Elle danse pour différent.es chorégraphes de renom et s’illustre dans plusieurs compétitions internationales (winner House Dance Forever 2021). 2017 marque un tournant avec la création de la compagnie la Mer Noire, aujourd’hui reconnue comme une référence dans la nouvelle génération du paysage chorégraphique africain. Khoudia est choisie en 2018, comme « Protégée » dans la catégorie Danse du prestigieux programme de la fondation Rolex Mentor and Protégé Arts Initiative, qui lui accorde un mentorat auprès de la chorégraphe Crystal Pite.  Elle rejoint le dispositif Territoire(s) de la danse 2022- 2023 en tant qu’artiste associée au Théâtre Louis Aragon (Tremblay-en-France). Engagée dans le paysage chorégraphique pour la formation des jeunes danseur.ses, elle co-fonde en 2012 le projet de formation « Sunu Street » (« notre rue ») puis l’Association Magg’ando au Sénégal.

D’origine togolaise, Rayan Amu aka Mowgly aka Kid Deep, est un danseur résidant à Dakar au Sénégal. Il découvre la danse en 2014 en côtoyant des groupes de Breakdance à Lomé au Togo. En 2018, il déménage dans la ville de Dakar et se spécialise en Krump, House dance et Hip-Hop. Dès lors, il participe à plusieurs événements dont des spectacles et des battles (La Nuit de la Danse, le battle Jakarlo, le battle One discover, la Kimpa Vita,etc.). Il intègre aussi plusieurs associations qui œuvrent dans le domaine des danses

Danseur et chorégraphe sénégalais, il s’est d’abord formé en autodidacte puis successivement à l’École des Sables au Sénégal et au Centre de Développement Chorégraphique La Termitière au Burkina Faso. En 2016, il intègre la Compagnie Diagn’Art/Alioune Diagne et participe à la création de la première pièce jeune public fusionnant danse contemporaine et HipHop « Les aventures de Leuk ». Il rejoint également la pièce « Banlieue ». C’est en 2019 qu’il chorégraphie son premier solo « Au-delà d’une apparence ». Il a été Lauréat du programme « Visas pour la création » de l’Institut Français. En 2020, il intègre la création « Siguifin » de la compagnie Amala Dianor.

Originaire de Kaolack au Sénégal, Alioune Sow découvre la danse urbaine dans les rues de Dakar. Entre 2015 et 206 il suit la formation professionnelle Sunu Street et actuellement la formation professionnelle du Théâtre du Corps Pietragalla-Derouault. Il se distingue dans plusieurs compétitions nationales comme le Battle Régional du Sénégal qu’il remporte en 2017 dans la catégorie HipHop. La même année, ses performances l’emmènent à Abidjan, en Côte d’Ivoire avec son crew Xtra Fusion, où il atteint la demi-finale de l’émission télévisée « L’Afrique à un Incroyable Talent ». Il s’engage pour de nombreuses actions de transmission et de formation au Sénégal et rejoint la Compagnie La Mer Noire en 2018 avec laquelle il co-chorégraphie « Gaou ! » et « Lowela ».

Diplômé d’une école d’audiovisuel à Paris, Julien Villa compose depuis plusieurs années pour le cinéma expérimental ou les arts du spectacle. Il a composé la bande originale du documentaire « Appel à la Danse » au Sénégal, qui explore les significations philosophiques et les dimensions sociales de la danse dans la culture sénégalaise. Il a également composé la bande-son originale des deux créations chorégraphiques de la Compagnie La Mer Noire : « Gaou ! » en 2017 et « Lowela » en 2019.